CINECRITIKIUM

 

 

 Fiche  593 

 

 

n°593
 
" Le jour le plus long "

 

 

(1962)-(Am)(3h02)  -      Guerre, Drame  

 

Réal. :     Ken Annakin, Andrew Marton, ...  

 

 

Acteurs:  P.Anka, Bourvil, J.L.Barrault, J.Wayne ...

 
  Critiques Presse 

  bonnes            moyennes           mauvaises      critiques  nd    

 

Le Monde    Le Parisien    Le Journal du dimanche    Les Inrockuptibles     L'Express       Télérama      Cahiers du Cinéma       Positif    

 Paris Match     Le Figaro     Libération      L'Humanité    Première      France Soir     Elle     Ouest France     Le Nouvel Obs    La Croix 

 

 

Critiques Spectateurs

  bonnes            moyennes           mauvaises 

 

 

« Ici Londres, les français parlent au français...» Après le cèlèbre "The Guns of Navarone", le producteur Darryl F. Zanuck poursuit cette veine avec le mythique "The Longest Day", d'après le livre de Cornelius Ryan, avec plusieurs èquipe techniques, codirecteurs, une cinquantaine de stars et les moyens prestigieux d'Hollywood! Le dèbarquement en Normandie revit ; le 6 juin 1944 se dèroule sous nos yeux, avec une pesanteur de pachyderme, mais avec un charme indèniable, il faut bien le reconnaître! Tous les grands acteurs amèricains sont rèunis (John Wayne, Robert Mitchum, Henry Fonda...pour ne citer qu'eux) dans cette super-superproduction de 3h, ce n'est pas l'un de ses moindres charmes! Avec une reconstitution historique scrupuleuse et des scènes de combats hyper spectaculaires, "The Longest Day" reste une rèfèrence du cinèma de guerre, un film hors normes avec un tournage sur les lieux-mêmes de l'èvènement! A chaque nouvelle commèmoration, l'èmotion est toujours au rendez-vous avec une guerre qui prend corps sur l'inoubliable musique de Maurice Jarre! Toute personne s'intèressant au Jour J doit avoir vu au moins une fois cet immense classique du 7ème art...

Si il y a bien un adjectif qui pourrait désigner Le jour le plus long, ce serait celui d'ambitieux. Le film respire cela : un casting All-Stars impeccable, une reconstitution grandiose qui adopte le point de vue des deux camps, des scènes de batailles impressionnantes... Ah ça y a pas à dire, c'est du grand spectacle ! Toutefois trois heures c'est long, pas que le film soit ennuyeux, mais c'est vraiment long, et c'est dommage, parce que je pense que le film aurait gagné à être un peu plus court, même s'il reste dans l'ensemble réussi et à voir.

Légende du film de guerre. Le jour le plus long était un projet d'ampleur : une fresque de la stratégie militaire d'un point de vue égal entre les deux camps. Une mine d'or pour l'attention qu'on peut lui donner concernant les informations qu'il apporte sur la préparation et le déroulement du débarquement. On retrouve un casting international assez fou. Le seul bémol de ce film est qu'il peut désormais un peu pâtir de la comparaison avec d'autres plus récents en ce qui concerne le réalisme et la violence des séquences de bataille. Pourtant, cela n'est pas un problème, tant il est fascinant sur bien d'autres points.

Bien mieux que le soldat Ryan, ce film conte lui aussi le débarquement de manière très réaliste. Ce film très long est marqué aussi par la présence innatendue de Bourvil !

 

Seize ans seulement après la guerre se sont écoulés en 1961 quand Zanuck entreprend cette superproduction destinée à lutter contre la suprématie grandissante de la télévision et le gouffre financier qui est en train d'emporter la Fox à Cineccita avec le tournage de "Cléopâtre". Ce ne sont pas moins de 3 réalisateurs dont s'entourent Zanuck pour cette épopée qui retrace sans génie ce fameux jour de gloire qui sonna le glas d'une défaite programmée pour le régime nazi. Ce qui frappe de nos jours après avoir vu des films aussi crus qu' "Apocalypse Now", "La 317ème section", Voyage au bout de l'enfer" ou "Il faut tuer le soldat Ryan", c'est le manque de réalisme du film qui se complaît un peu dans l'apologie d'un patriotisme sans aucun doute exagéré. La guerre vue par Zanuck perd de sa sauvagerie pour se plier à la manie hollywoodienne qui veut romancer les sujets difficiles pour les rendre accessibles au plus grand nombre. La particularité du film est la réunion au casting d'une pléthore de stars allant de Mitchum à Wayne en passant par Fonda, Ryan, Bourvil, Connery, Burton jusqu'à Pauline Carton et Arletty. On ne peut pas faire plus hétéroclite. C'est un des plaisirs de ce film un peu longuet

Belle apologie de ce grand moment de gloire et d’espoir… C’est un peu ça d’ailleurs le problème de ce film. Son manque évident de recul pour ce qui reste un évènement frais dans les esprits et dans les cœurs. Le pire, c’est que ce n’est pas ennuyeux pour autant, car finalement le film parvient à se reposer sur de belles brochettes d’acteurs et sur un joli sens de la magnification. Mais bon, malheureusement le film ne va pas forcément plus loin que cette image consensuelle et épique du second conflit mondial.

Une distribution 5 étoiles fut convoquée,dans des rôles généralement courts,mais emblématiques:John Wayne,Robert Mitchum,Sean Connery,Henry Fonda,Richard Burton,Bourvil...Ce qui dérange 50 ans après,c'est la propreté de l'ensemble,comme si la Guerre était sans violence,sans états d'âme,voire même avec désinvolture et simple camaraderie.Quant à la tension,il n'y en a aucune,par absence de rythme et de coordination entre les séquences tournées par chacun.Mais il conserve son côté témoignage essentiel.

 

Je peux comprendre que cette superproduction hollywoodienne, avec ses dizaines de milliers de figurants, ses dizaines de stars et ses multiples réalisateurs, ait marqué son époque seulement dix-huit ans après les événements. Mais aujourd’hui, ce film historique fait figure d'antiquité. Il ne subsiste plus qu’un charme vieillot, amplifié par le noir et blanc. Les productions plus récentes du type « Il faut sauver le soldat Ryan » de Steven Spielberg dégagent beaucoup plus d’émotion. L’horreur de la guerre y est bien mieux filmée. En voulant tout montrer, la grande Histoire avec les préparatifs du D-Day comme les anecdotes personnelles à peine esquissées donc inutiles, le film est d’une longueur presque insupportable. Techniquement, il est dépassé (acteurs incrustés devant la mer en toile de fond, absence des impacts de balles etc.). Le jeu peu naturel des comédiens, les tentatives humoristiques malvenues comme le soldat Sean Connery hilare en plein débarquement et l’absence de peur chez les combattants font perdre toute crédibilité au film. Les dialogues simplistes, la faible intensité des combats, la désinvolture de certains acteurs me rappellent les BD de poche guerrières en noir et blanc de mon enfance (« Sergent Guam », « Les 5 As », « Commando » etc.). Bref, ce film ne fait pas le poids face aux nombreux documentaires clairs, concis et sérieux qui existent sur le sujet.

 

 

 

Index Films

 

Sommaire  MAGALMA